Prieuré Saint-Saturnin

Point  Histoire du prieuré

La mention la plus ancienne de l’église St-Saturnin, parfois nommée prieuré Saint-Saturnin et Saint-Éloy, est datée des environs de 980 : ce qui en fait l’édifice le plus ancien de la ville.

En 1064, Gui Ier le Rouge de Montlhéry, seigneur de Chevreuse, fait donation des deux églises à l’abbaye Saint-Pierre-de-Bourgueil-en-Vallée "pour la rémission de ses péchés et pour le remède des âmes de son père et de sa mère". 

Dès le XVème siècle, l’état de délabrement lié à la Guerre de Cent ans et l’absence d’entretien obligent le prieur à réduire l’édifice aux deux travées toujours visibles, dans lequel il établit une chapelle. D’une architecture de transition, ce prieuré millénaire était réputé pour la beauté et l‘élégance de sa construction.

À la suite d’échanges voulus par Louis XIV en vue de l’agrandissement du parc de Versailles, Saint-Saturnin quitte les revenus des Abbés de Bourgueil pour devenir en 1695 propriété des Dames de Saint-Cyr.

Vendu à la Révolution comme bien national à un marchand de vin qui l’utilise comme entrepôt, cette situation perdure jusqu’au début du XXème siècle.

Entre les deux guerres, son porche roman est démonté pierre par pierre et vendu, pour une destination restée inconnue à ce jour.

En 1981, le peintre Jean Vénitien en devient le propriétaire et y établit son atelier, sauvant le bâtiment d’une destruction complète.

Les menaces d'effondrement, en particulier depuis 1999, obligent la municipalité à faire cesser toute activité dans le prieuré, avant d’entreprendre sa restauration en 2008.

 

Point  Programmation culturelle

Le Prieuré Saint-Saturnin est depuis 2011 dédié aux expositions d’art contemporain et aux manifestations culturelles.